Asie

L’Asie est le plus vaste des continents : 44 millions de kilomètres carrés. Elle s’étend sur 75 degrés de latitude et, en tenant compte des îles, sur 92 degrés (de la Severnaïa Zemlia, ou Terre du Nord, 810 de latitude nord, à l’île Roti, 110 de latitude sud) ; elle couvre 164 degrés de longitude du cap Baba en Asie Mineure au cap Dejnev en Sibérie. L’Asie est entourée au nord par l’océan Arctique, à l’est par l’océan Pacifique, au sud par l’océan Indien. Mais elle n’a pas de vraie limite à l’ouest : l’Europe n’est qu’une péninsule asiatique ; la ligne Oural-Caspienne n’a pas de signification géographique ; l’attribution du Caucase à l’Europe ou à l’Asie est incertaine ; on peut même se demander si la mer Rouge, prolongée par le golfe de Suez, sépare bien l’Asie de l’Afrique.

 L’Asie est, depuis des siècles, le plus peuplé des continents, mais sa part dans la population mondiale ne cesse de s’accroître : elle représente, au début des années quatre-vingt-dix, près de 60% de cette population, une masse humaine si considérable que l’Asie augmente de 50 millions d’individus quand l’Afrique ne s’accroît que de 20 millions et l’Amérique de 10 millions. La densité moyenne, voisine de 70 habitants au kilomètre carré, montre mal l’importance de cette population car elle ne tient pas davantage compte de l’étendue des milieux répulsifs (Sibérie orientale et septentrionale, hautes montagnes et déserts froids d’Asie centrale, déserts chauds d’Asie sud-occidentale) que de l’entassement humain de l’Asie des moussons et tout particulièrement des plaines. Cette population présente l’originalité d’être essentiellement rurale, à l’exception du Japon où trois Japonais sur cinq vivent dans des villes. Les grandes villes sont, pour la plupart, des ports ou des capitales administratives ; les uns et les autres résultent de l’influence ou de la colonisation occidentale et doivent leur importance, soit à l’exportation de matières premières brutes et à l’importation de produits manufacturés, soit à l’implantation d’une administration souvent fortement centralisée.

    L’Asie compte plus de cent peuples dont les caractères doivent autant à l’anthropologie qu’au contexte géographique, culturel et religieux. Du point de vue strictement anthropologique, les populations de l’Asie se partagent en mongoloïdes (plus d’un milliard d’individus) fixés dans le nord, dans l’est et, dans une moindre mesure, dans le sud-est du continent ; en Caucasiens ou Européens, installés en Asie occidentale et sud-occidentale ainsi que sur les fronts pionniers de l’Asie anciennement soviétique, et que certains pensent retrouver dans le peuple aïnou de Hokkaido ; en négroïdes, qui se sont maintenus dans des régions refuges (jungle malaise, montagnes des Philippines…). Enfin des populations très sombres, les Dravidiens, mais sans caractères négroïdes, forment les populations de Sri Lanka, du centre et du sud de l’Inde.